FESTIVAL TRAITEMENTS CROISÉS du 8 au 11 novembre 2017

Cette année, l’Univers et le Labo CCP organisent la première édition d’un festival consacré à la pratique expérimentale de la photographie et du cinéma : Traitements Croisés du 8 au 11 novembre.

Le Laboratoire Créatif, Collectif et Participatif est situé au sein de l’Univers. Dans ses ateliers, participants de tous horizons (novices, avertis, professionnels, artistes…) se rencontrent et partagent leurs savoirs. Leur inspiration est commune : expérimenter et créer sons et images sur tous les supports (argentique, numérique, analogique).

Le processus Traitement Croisé vise à développer une pellicule photographique dans la mauvaise solution chimique. L’expérimentation, le « do it yourself », le jeu avec la chimie, le mélange des techniques et des médiums argentiques et numériques sont au cœur de ce premier rendez-vous ludique et curieux.
Plusieurs cartes blanches sont données à des invités et aux membres du labo CCP afin de vous faire découvrir des œuvres étonnantes qui leurs ressemblent.

4€ la soirée – 12€ pass 4 jours

Buvette + Petite restauration par le Fat Fox

« « Le Fat Fox, petites gâteries et gourmandises : snacks salés froids et chauds, pâtisseries généreuses et variées, réalisés avec des produits frais, bios et bons ! ». »

Proposé par le Labo CCP en partenariat avec le CRP/ de Douchy-les-Mines, et le soutien de la DRAC Hauts-de-France
Affiche par Kylab

Programme : 

  • Mercredi/Jeudi/Vendredi/Samedi 8-9-10-11 Novembre

Marathon-relais de l’Argentique en 16 mm

Pendant le festival, le Labo CCP vous propose de découvrir la pratique cinématographique du 16 mm avec un atelier fil rouge : l’occasion de tourner 15 mètres de pellicule 16 mm, soit 1min23 de film en 24 images/seconde.

Pour cela, on vous fournit une caméra argentique soviétique, la Krasnogorsk K3. Cette même caméra mécanique, que Filip achète, dans le film L’Amateur de Krzysztof Kieslowski, pour filmer la naissance de sa fille avant de devenir réalisateur-militant !

Vous ne disposerez que d’une heure pour tourner votre chef-d’œuvre, que vous développerez ensuite vous-même.

Le principe :

Toutes les heures, un participant tourne un film d’une minute et passe le relais au participant suivant, pendant que ce dernier développe son film. Les films sont diffusés le samedi sur grand écran.

Le marathon débute à 10h le mercredi 8 novembre et se termine à 14h le samedi 11 novembre.

15 € de participation pour les membres non-adhérents au Labo Film CCP
Inscriptions closes.
  • Mercredi 8 novembre : Carte Blanche à Justine Pluvinage, rencontre et projection Pauline s’arrache ; à partir de 20h

Justine Pluvinage 

 

Lauréate du programme de résidence croisée Resilient Images porté conjointement par le CRP/ de Douchy-les-Mines et l’Hyde Park Art Center de Chicago, Justine Pluvinage a réalisé une installation vidéo comme un portrait féminin et composite d’un Chicago contemporain marqué par la désindustrialisation. Face aux blessures, aux difficultés financières, aux injustices systémiques persistantes, les sujets du film démontrent une capacité humaine à se transcender et à faire triompher la vie.

 

Exposition Resilient Images / Justine Pluvinage – David Schalliol au Centre Régional de la Photographie Hauts-De-France du 23 septembre 2017 au 19 novembre 2017.

 

 

Carte blanche : Pauline s’arrache ; projection à 20h

Emilie Brisavoine | Documentaire | Français | 2015 | 88 min |
Suivie d’une discussion avec Justine Pluvinage 

 

Dans le cadre de sa Carte blanche à l’Univers, Justine Pluvinage a choisi de présenter Pauline s’arrache d’Emilie Brisavoine, un film « hybride » dont la démarche comme le discours, rejoignent sa propre pratique artistique et son intérêt pour les personnalités atypiques et la capacité de chacun à (ré)inventer sa vie.

Voici ce qu’elle en dit : « Sorti il y a peu de temps, programmé à l’Acid, ce film est très proche de ce que j’aime voir et faire, et le voir sortir au cinéma me remplit d’espoir. Emilie filme sa demi-sœur, la relation de confiance nous emmène au cœur d’une famille moderne, où les rôles se déconstruisent et les repères se floutent. »

 

  • Jeudi 9 novembre : Vernissage de l’exposition La Forêt & projection Le Musée Fantôme des Frères Quay ; à partir de 19h

Exposition La Forêt (du 6 novembre au 18 novembre) proposée par les membres du Labo CCP ; vernissage à 19h

 

Au départ de cette exposition, l’envie des membres du Labo CCP de travailler sur ce que l’on appelle improprement film de forêt ou plus exactement survival dont Délivrance est la référence. Les arbres renferment autant de secrets qu’ils n’en révèlent. Dans Twin Peaks, le cercle des douze sycomores au fond des bois est la porte vers La Loge Noire, théâtre de la souffrance et de la cruauté.
Face à l’épaisseur de la végétation, au son inquiétant du vent murmurant dans les feuillages, et aux ombres disparaissant au gré des rares rayons de lumières, le masque de la culture se fissure peu à peu et l’homme sort.
Lieu de vie et de mort, temple primitif, ce sont ces inspirations et mystères que travailleront chacun des membres du labo.

 

« Le musée fantôme des Frères Quay » ; projection à 20h

Stephen et Timothy Quay | Sélection de Courts-Métrages d’Animation | Anglais | 1986-1993 | 64 min | 35 mm |

Projection des courts-métrages : La Rue des Crocodiles ; Répétitions pour des Anatomies Défuntes ; Stille Nacht I ; Le Peigne ; Stille Nacht II ; Stille Nacht III ; Stille Nacht IV
Présentation par Matthieu Gilles, coordinateur du Labo CCP à l’Univers
Vente de DVD (Frères Quay, Guy Maddin, Phil Mulloy, Patrick Wang…) du distributeur ED Distribution

 

 

Nourris par les images des animateurs surréalistes tchèques et par les récits fantasmatiques de Kafka ou de Bruno Schulz, les frères Quay construisent dans leur atelier depuis le début des années 80 une série de courts-métrages avec des marionnettes décrépites. Explorations inquiétantes dans des univers étrangement sensuels et expressionnistes, leurs œuvres mêlent les prises de vues réelles avec des techniques d’animation de pointe. Cette projection en 35 mm est l’occasion rare de découvrir ce travail artisanal magnifique où la matière semble devenir palpable et vivante.

 

 

 

  • Vendredi 10 novembre : Paul Sharits Expanded Cinema ; à partir de 20h

Word Movie/Flux Film 29 + Paul Sharits ; projection à 20h 

Paul Sharits | Court-Métrage | USA | 1966 | N&B | 4 min | 16 mm|
François Miron |Documentaire | Canadien | 2016 |85 min |
Présentation et discussion avec Arnaud Widendaele, rédacteur à la Revue Débordements

 

Le documentaire de François Miron est la première exploration cinématographique sensible de la vie et de l’œuvre du réalisateur Paul Sharits. L’occasion de revenir sur cette figure romantique du cinéma expérimental, sur ses travaux innovants dans les années 60-70 autour de la pellicule et des installations (multi-écrans, partitions colorées, pellicules montées sur des plaques de Plexiglas, etc.) qui fascinent encore aujourd’hui chercheurs, conservateurs, et spectateurs.

La projection sera précédée d’un court métrage de Sharits Word Movie/Flux Film 29 ; déstructuration de paroles répétées inlassablement.

Razor Blades + T,O,U,C,H,I,N,G ; projection à 22h 

Paul Sharits | Courts Métrages | USA | 1968 | Couleur et N&B | 12 min & 36 min | Double projection 16 mm|

Pour compléter le documentaire, le Labo CCP projette deux autres courts métrages de Paul Sharits.
T,O,U,C,H,I,N,G, opposition entre images positives et négatives troublées par des pulsions sexuels et morbides.
Razor Blades : Expanded cinema, œuvre nécessitant un dispositif à double projection simultanée !

 

  • Samedi 11 novembre : Fin du marathon-relais de l’argentique & ciné-concert Le Renne Blanc ; à partir de 19h30

Marathon-relais de l’argentique ; projection à 19h30 

Projection des films réalisés en 16 mm pendant le festival par les marathoniens de la pellicule.

Le Renne Blanc ; projection à 20h

Erik Blomberg | Fiction fantastique | Finlande | 1952 | 73 min|
Mis en musique par le groupe DRIVE WITH A DEAD GIRL

 

 

Célébré à son époque par Jean Cocteau, Le Renne Blanc reste une œuvre unique et envoûtante. Inspiré d’une légende nordique invoquant chamans, sorcières et renne vampire, sublimé par un noir et blanc profond rendant grâce aux paysages neigeux de Laponie, le film rencontre aujourd’hui la musique du groupe Lillois Drive with a Dead Girl.

Drive With a Dead Girl, c’est Alexia (chant/harmonium), Matthieu (guitare/basse/chœurs), Jean (guitare/basse/chœurs) et Alix (batterie) qui relaie Hubert. Fondé en 2007 dans les froideurs des caves de Lille, le groupe fête ses dix ans cette année et à cette occasion sort à la fois son neuvième album Reign Falls et propose en outre une représentation ciné-concert du film finlandais Valkoinen Peura (Le Renne blanc, 1952) sur la base d’une composition originale et dédiée à la légende racontée.

 

 

 

  • Samedi 18 et dimanche 19 novembre : atelier de fabrication d’une caméra libre, la Supi 8, proposé par Lent Ciné ; 10h-17h

La SuPi8 est une caméra numérique libre dans la forme/carcasse/boîtier d’une caméra super 8 ! Plus précisément, c’est un capteur

numérique relié à un Raspberry Pi, que l’on glisse dans une caméra 8mm ou super 8. L’idée est d’avoir une petite caméra amateur et bon marché, qui fonctionne avec peu d’énergie car elle n’a pas besoin de moniteur (on utilise le viseur optique de la caméra argentique) et qui est facilement configurable selon ses besoins.

Coût : 80 € environ

Inscription et renseignements

  • Mercredi 15 novembre : Question de point(s) de vue(s) organisé à l’occasion du festival Pas Cap ? ; 14h

 

Projection (court-métrages en vidéo et pellicule) + animation + goûter : 2€ par enfant (dès 6 ans).
Réservation : cinema@lunivers.org ; 03 20 52 73 48

Petite forme audiovisuelle : 

Une séance pour regarder le monde par en dessous, décaler son regard, ouvrir l’imaginaire ! Grincement d’un projecteur 16mm installé en salle de projection, théâtre d’images en celluloïd ou en vidéo à la découverte d’un cinéma étonnant et un peu différent !

Ateliers : 

Deux ateliers d’explorations de la photographie artisanale, pour comprendre comment la lumière permet de créer des images et ce qu’est une matière photosensible, afin de créer des images un peu expérimentales.

Ateliers niveachromie

De la photo à fleur de peau… Tout en utilisant de la crème type « Nivea » sur une surface photosensible, révélez les pleins et les creux, les reliefs d’une main, d’un geste.

Atelier cyanotype

Le soleil a une drôle de couleur bleue… Au contact de la lumière, les images monochromes pigmentées de bleu révèlent la seconde nature des objets.